Informations et pétitions autour de la protection des animaux.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionRéférencement

Partagez | 
 

 Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurel
Graphiste
Graphiste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 122
Age : 36
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA   Ven 6 Avr - 21:58

Source=AFP

No

L'inquiétude grandit chez les apiculteurs américains après la disparition mystérieuse de millions d'abeilles ces derniers mois.

Cette hécatombe menace la production nationale de miel et nombre de récoltes qui dépendent du rôle clé de pollinisation joué par ces insectes.

Les pertes d'abeilles vont de 30 à 60% en Californie et dépassent 70% dans certaines régions de la côte est et au Texas. Au total 24 Etats sont touchés ainsi que deux provinces canadienne, selon des estimations du département américain de l'Agriculture (USDA).

Une dépopulation d'une ruche allant jusqu'à 20% pendant l'hiver est considérée normale mais au-delà, les apiculteurs s'émeuvent d'autant que les colonies d'abeilles domestiques sont en constante diminution depuis 1980 aux Etats-Unis.

Selon l'USDA, il y a actuellement 2,4 millions de ruches dans le pays, une baisse de 25% depuis le début des années 80 tandis que le nombre d'apiculteurs professionnels a été divisé par deux pendant la même période.

L'ampleur de cette dernière vague massive de disparition d'abeilles jugée sans précédent a conduit la filière apicole américaine à demander l'aide du Congrès lors d'une récente audition à Washington.

"Environ 40% des abeilles de mes 2.000 colonies sont mortes et c'est la plus forte mortalité observée dans mes 30 ans de carrière d'apiculteur", a expliqué la semaine dernière à une sous-commission agricole de la Chambre des représentants, Gene Brandi, président du groupement des apiculteurs de Californie.

Les abeilles domestiques sont essentielles pour la pollinisation de plus de 90 variétés de fruits et légumes (pommes, avocat, myrtilles, cerises, ...), des récoltes estimées à 15 milliards de dollars par an dont six milliards pour la Californie seule, a-t-il souligné.

La culture d'amandes dans cet Etat engendre deux milliards de dollars de revenus et dépend de 1,4 million d'essaims d'abeilles amenées tous les ans de partout aux Etats-Unis par des apiculteurs, a précisé Gene Brandi.

Diana Cox-Foster, professeur d'entomologie à l'université de Pennsylvanie (est) a expliqué devant la même sous-commission que ce nouveau trouble de dépopulation massive des ruches baptisé CCD en anglais (colony collapse disorder) présente des symptômes uniques, différents de ceux observés dans les infestations fréquentes par le parasite varroa jacobsoni, un acarien qui détruit les larves.

Dans le cas du CCD, les colonies d'abeilles domestiques saines se dépeuple soudainement laissant peu ou aucune abeille survivante, a-t-elle dit.

Les reines --une par ruche et qui assurent la reproduction--, sont trouvées avec une poignée de jeunes abeilles adultes en présence de réserve importante de nourriture. Il n'y a jamais de cadavre d'abeille à l'intérieur de la colonie ou à proximité à l'extérieur.

Le fait que d'autres abeilles ou des parasites mettent très longtemps à venir s'installer dans les ruches vidées par le CCD laisse penser à la présence d'un produit chimique ou d'une toxine qui décourage ces insectes, selon Diana Cox-Foster.

Enfin, a souligné cette entomologiste, les abeilles trouvées dans les colonies dévastées par ce mystérieux fléau, étaient toutes infectées avec une multitude de micro-organismes, dont un grand nombre est connu pour être responsables de maladies communément liées au stress chez ces insectes.

Les scientifiques qui se penchent sur le CCD avancent l'hypothèse de l'émergence d'un nouveau pathogène ou d'un produit chimique qui affaiblirait le système immunitaire des abeilles, a-t-elle dit.

Ils soupçonnent surtout les insecticides agricoles comme les néonicotinoïdes très utilisées et dont la toxicité pour les abeilles est bien connue, a relevé l'entomologiste.

La France a connu un cas de dépopulation brutal des abeilles dans les années 90 attribué à l'insecticide Gaucho qui a été interdit dans le pays."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 291
Age : 30
Localisation : ici ou là, mais jamais très loin...
Date d'inscription : 25/08/2006

MessageSujet: Re: Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA   Sam 7 Avr - 14:49

Comme la sauvegarde même du plus petit être vivant sur terre est primordial pour sauver la planète complète....
Chaque chose a sa place et sa raisin de vivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chezsoso.editboard.com
Elodie
Modérateur
Modérateur


Féminin
Nombre de messages : 131
Age : 33
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA   Mar 24 Avr - 23:44

Comme l'avait dit Einstein, quand les abeilles disparaîtront, beaucoup de plantes dont la pollinisation dépend d’elles disparaîtront, au bout de la chaîne, l’homme disparaîtra aussi... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elodie
Modérateur
Modérateur


Féminin
Nombre de messages : 131
Age : 33
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA   Dim 29 Avr - 0:39

Un article sur le sujet:
Des défenseurs des abeilles s'en prennent à Bayer.

"Une cinquantaine d'activistes déguisés en abeilles nont simulé samedi après-midi devant le siège bruxellois du géant chimique allemand Bayer, avenue Louise à Bruxelles, la mort de ces insectes, décimés selon eux par les insecticides, dont le Gaucho produit par cette firme.
Réunis au sein du collectif Bzzut, ils entendaient ainsi rendre hommage aux
abeilles décédées ce printemps. Tant en Belgique qu'en France, et même aux
Etats-Unis, les apiculteurs ont constaté ces dernières années une
surmortalité importante dans leurs ruchers. "Les abeilles s'envolent, mais
ne reviennent plus. Nous pouvons les ramasser par terre par poignées", a
expliqué samedi un apiculteur hennuyer, Mathieu Dohmen. Les défenseurs des
abeilles mettent en cause une nouvelle génération d'insecticide, dit
systémique, utilisés en enrobage: l'imidaclopride (le Gaucho de Bayer) et le
fipronil (le Régent de BASF) répandus par les agriculteurs sur leurs
cultures.

Et dire que rédemment, sur mon chemin pour aller à la fac, j'ai trouvé plein d'abeilles mortes sur le trottoir... pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurel
Graphiste
Graphiste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 122
Age : 36
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Re: Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA   Dim 23 Sep - 14:22

Je déterre ce sujet pour porter à votre connaissance un article du journaliste Paul Molga, paru dans Les Echos et qui est assez alarmant (à juste titre semble-t-il) au sujet des disparitions d'abeilles.

Citation :

DISPARITION MASSIVE DES ABEILLES

Les abeilles s'éteignent par milliards depuis quelques mois. Leur disparition pourrait sonner le glas de l'espèce humaine. C'est une incroyable épidémie, d'une violence et d'une ampleur faramineuse, qui est en train de se propager de ruche en ruche sur la planète. Partie d'un élevage de Floride l'automne dernier, elle a d'abord gagné la plupart des Etats américains, puis le Canada et l'Europe jusqu'à contaminer Taiwan en avril dernier. Partout, le même scénario se répète : par milliards, les abeilles quittent les ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible, pas plus que de squatter pourtant prompt à occuper les habitats abandonnés.
En quelques mois, entre 60 % et 90 % des abeilles se sont ainsi volatilisées aux Etats-Unis où les dernières estimations chiffrent à 1,5 million (sur 2,4 millions de ruches au total) le nombre de colonies qui ont disparu dans 27 Etats. Au Québec, 40 % des ruches sont portées manquantes.En Allemagne, selon l'association nationale des apiculteurs, le quart des colonies a été décimé avec des pertes jusqu'à 80 % dans certains élevages. Même chose en Suisse, en Italie, au Portugal, en Grèce, en Autriche, en Pologne, en Angleterre où le syndrome a été baptisé « phénomène «Marie-Céleste» », du nom du navire dont l'équipage s'est volatilisé en 1872. En France, où les apiculteurs ont connu de lourdes pertes depuis 1995 (entre 300.000 et 400.000 abeilles chaque année) jusqu'à l'interdiction du pesticide incriminé, le Gaucho, sur les champs de maïs et de tournesol, l'épidémie a également repris de plus belle, avec des pertes allant de 15 % à 95 % selon les cheptels.

« Syndrome d'effondrement »
Légitimement inquiets, les scientifiques ont trouvé un nom à la mesure de ces désertions massives : le « syndrome d'effondrement » - ou « colony collapse disorder ». Ils ont de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, ni pollinisation, et pratiquement ni fruits, ni légumes. « Trois quart des cultures qui nourrissent l'humanité en dépendent », résume Bernard Vaissière, spécialiste des pollinisateurs à l'Inra (Institut national de recherche agronomique). Arrivée sur Terre 60 millions d'année avant l'homme, Apis mellifera (l'abeille à miel) est aussi indispensable à son économie qu'à sa survie. Aux Etats-Unis, où 90 plantes alimentaires sont pollinisées par les butineuses, les récoltes qui en dépendent sont évaluées à 14 milliards de dollars.

Faut-il incriminer les pesticides ? Un nouveau microbe ? La multiplication des émissions électromagnétiques perturbant les nanoparticules de magnétite présentes dans l'abdomen des abeilles ? « Plutôt une combinaison de tous ces agents », assure le professeur Joe Cummins de l'université d'Ontario. Dans un communiqué publié cet été par l'institut Isis (Institute of Science in Society), une ONG basée à Londres, connue pour ses positions critiques sur la course au progrès scientifique, il affirme que « des indices suggèrent que des champignons parasites utilisés pour la lutte biologique, et certains pesticides du groupe des néonicotinoïdes, interagissent entre eux et en synergie pour provoquer la destruction des abeilles ». Pour éviter les épandages incontrôlables, les nouvelles générations d'insecticides enrobent les semences pour pénétrer de façon systémique dans toute la plante, jusqu'au pollen que les abeilles rapportent à la ruche, qu'elles empoisonnent. Même à faibleconcentration, affirme le professeur, l'emploi de ce type de pesticides détruit les défenses immunitaires des abeilles. Par effet de cascade, intoxiquées par le principal principe actif utilisé - l'imidaclopride (dédouané par l'Europe, mais largement contesté outre-Atlantique et en France, il est distribué par Bayer sous différentes marques : Gaucho, Merit, Admire, Confidore, Hachikusan, Premise, Advantage...) -, les butineuses deviendraient vulnérables à l'activité insecticide d'agents pathogènes fongiques pulvérisés en complément sur les cultures.

Butineuses apathiques
Pour preuve, estime le chercheur, des champignons parasites de la famille des Nosema sont présents dans quantités d'essaims en cours d'effondrement où les butineuses, apathiques, ont été retrouvées infectées par une demi-douzaine de virus et de microbes.
La plupart du temps, ces champignons sont incorporés à des pesticides chimiques, pour combattre les criquets (Nosema locustae), certaines teignes (Nosema bombycis) ou la pyrale du maïs (Nosema pyrausta). Mais ils voyagent aussi le long des voies ouvertes par les échanges marchands, à l'image de Nosema ceranae, un parasite porté par les abeilles d'Asie qui a contaminé ses congénères occidentales tuées en quelques jours.
C'est ce que vient de démontrer dans une étude conduite sur l'ADN de plusieurs abeilles l'équipe de recherche de Mariano Higes installée à Guadalajara, une province à l'est de Madrid réputée pour être le berceau de l'industrie du miel espagnol. « Ce parasite est le plus dangereux de la famille, explique-t-il. Il peut résister aussi bien à la chaleur qu'au froid et infecte un essaim en deux mois. Nous pensons que 50 % de nos ruches sont contaminées. » Or l'Espagne, qui compte 2,3 millions de ruches, est le foyer du quart des abeilles domestiques de l'Union européenne.

L'effet de cascade ne s'arrête pas là : il jouerait également entre ces champignons parasites et les biopesticides produits par les plantes génétiquement modifiées, assure le professeur Joe Cummins. Il vient ainsi de démontrer que des larves de pyrale infectées par Nosema pyrausta présentent une sensibilité quarante-cinq fois plus élevée à certaines toxines que les larves saines. « Les autorités chargées de la réglementation ont traité le déclin des abeilles avec une approche étroite et bornée, en ignorant l'évidence selon laquelle les pesticides agissent en synergie avec d'autres éléments dévastateurs », accuse-t-il pour conclure. Il n'est pas seul à sonner le tocsin. Sans interdiction massive des pesticides systémiques, la planète risque d'assister à un autre syndrome d'effondrement, craignent les scientifiques : celui de l'espèce humaine. Il y a cinquante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l'homme : « Si l'abeille disparaissait du globe, avait-il prédit, l'homme n'aurait plus que quelques années à vivre. »

PAUL MOLGA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurel
Graphiste
Graphiste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 122
Age : 36
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Re: Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA   Jeu 17 Jan - 20:37

Autorisation prochaine d’un nouvel insecticide de destruction massive d’abeilles

viainfosdelaplanete.org, et laz Confédération Paysanne.

Citation :

Au mépris des décisions prises lors du Grenelle de l’environnement en matière de réduction de l’usage des pesticides, la France s’apprête à autoriser le traitement des semences de maïs par un insecticide systémique très dangereux, le Cruiser.
Cette autorisation serait accompagnée de restrictions préconisées par l’AFSSA qui sont significatives du haut niveau de risque pour les abeilles et d’autres insectes pollinisateurs, pour l’environnement et la santé humaine :

* interdiction d’utilisation sur du maïs destiné à la consommation humaine et aux lignées mâles de maïs semence,
* un seul traitement tous les trois ans sur la même parcelle,
* interdiction de toute culture présentant un intérêt apicole, pendant un an, sur toute parcelle traitée…

Le Ministre de l’Agriculture ne dit pas comment leur application sera garantie, alors que nous avons constaté en 2007, l’impossibilité de vérifier le respect des préconisations comparables concernant les cultures OGM. De plus, une des principales restrictions proposées par l’AFSSA - pas de parcelle traitée à moins de trois Kms de ruches- semble oubliée.

Si des maïsiculteurs ont des problèmes de gestion des parasites, cela est dû à leurs méthodes de travail : culture de maïs, année après année, sur les mêmes parcelles au mépris des règles agronomiques les plus élémentaires. Ce comportement est dicté par la facilité et par l’appât du gain, la culture du maïs étant une des productions les plus subventionnées par l’Europe.

Contrairement à ce que nous font croire le lobby des maïsiculteurs de l’AGPM-FNSEA et les fabricants de pesticides, d’autres modes de protection efficaces contre les insectes, sans recours systématique aux insecticides chimiques, existent.

La Confédération paysanne exige l’interdiction des traitements de semences insecticides systémiques, ceux-ci étant néfastes pour l’apiculture, l’environnement et la santé publique.

La Confédération paysanne s’opposera fermement à toute décision autorisant la mise sur le marché d’un produit aussi dangereux que le Cruiser.

Contact :

* Jean Sabench, Commission ''Pesticides'' : 06 76 62 93 89
* Bertrand Théry, Responsable de la Commission ''apicole''
* Jacques Pasquier, Secrétaire national : 06 72 44 14 83


Evil or Very Mad apparemment les abeilles vont encore payer un lourd tribu à l'imbécilité humaine..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA   

Revenir en haut Aller en bas
 
Disparition massive et mystérieuse des abeilles aux USA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» disparition mystérieuse.
» Ciudad del Este: la légende mystérieuse
» Montre Waltham Mystérieuse -présentation-
» les 30 plus grandes histoire mystérieuse!!
» [Zoo de Cap Ferrat] nouveauté 2006: la grotte mystérieuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualité :: Votre Actualité-
Sauter vers: